Grande Bretagne:Le Brexit l' Emporte

Publié le par L' équipe du blog.

Le royaume uni a voté pour la sortie de l' union européenne:

Partrticipation 72.2 %

Oui:(in):48.1 %

non:( out):51.9 %

l’Angleterre s’est principalement prononcée pour le « Brexit » (53,4 %), de même que le Pays de Galles (52,5 %), au contraire de l’Ecosse (62 %) et l’Irlande du Nord (55,8 %), qui ont voté pour le « Remain » (« rester » au sein de l’UE).

A vos commentaires

L' équipe du Blog

Grande Bretagne:Le Brexit l' Emporte
Grande Bretagne:Le Brexit l' Emporte

Publié dans Notre Temps

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Manou 29/06/2016 08:39

Encore moi, la nullissime de première, n'est pas Olivier, peux-tu me dire la différence entre ANGLAIS et BRITANIQUE, puisque apparemment il y en a une. Et j'espère ne pas être la seule a ne pas le savoir, si c'est le cas je suis vraiment l'impératrice mondiale du NULLISSIME.Bizzz

Olivier Châtelain 30/06/2016 10:33

Les anglais sont les habitants de l' Angleterre alors que le Royaume uni qui a voté ( Angleterre,Écosse , Irlande du Nord,pays de galles ) les habitants sont des iles britanniques donc les britanniques aussi.

Olivier Châtelain 28/06/2016 07:32

Mais un référendum sur la sortie de la France de l'Union européenne est-il seulement possible? "Juridiquement parlant, oui", confirme Philippe Blacher, professeur de droit constitutionnel à l'université Lyon 3, à BFMTV.com. "Mais pas par la voie d'un référendum classique, prévu par l'article 11 de la Constitution".



L'article 11 de la Constitution française permet au président de la République, ou bien à un cinquième des membres du Parlement soutenus par un dixième des électeurs, de soumettre un projet de loi "portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité". "L'article 11 ne prévoit pas la possibilité de se défaire d'un engagement international", précise Philippe Blacher.





Ainsi, si le traité de Lisbonne prévoit dans son article 50 la possibilité pour un pays de quitter l'Union européenne, "il renvoie aux procédures internes de chaque pays", explique Marthe Stefanini, directrice de recherche au CNRS et professeur de droit constitutionnel à l'université d'Aix-en-Provence. Or, "en l'état actuel du droit français, il n'est pas possible de poser aux Français la question 'Souhaitez-vous que la France quitte l'Union européenne?'", confirme l'universitaire.

Modifier la Constitution



Pour sortir la France de l'Union européenne, il faudrait donc modifier la Constitution, plus précisément son titre XV, qui inscrit la participation de la France à l'Union européenne. La modification de la Constitution est évidemment prévue par celle-ci, dans son article 89, "mais les conditions sont très lourdes", précise Philippe Blacher.



L'initiative d'une révision de la Constitution peut venir du président de la République ou du Parlement. C'est notamment ce qu'avait tenté de faire François Hollande après les attentats du 13 novembre, afin de faire inscrire l'état d'urgence dans le texte. Mais l'Assemblée nationale et le Sénat n'ayant pu se mettre d'accord sur des "termes identiques", comme requis par l'article 89, le Président de la République avait dû renoncer à cette révision.



À noter que si la proposition de révision vient du Parlement, elle doit être approuvée par référendum. Ce serait donc la seule circonstance dans laquelle les électeurs français se prononceraient en faveur ou non d'une sortie de l'Union européenne. Une situation qui a donc peu de chances de se produire.

Christian Lambert 26/06/2016 10:54

Les anglais n'ont jamais joué franc jeu avec l'EUROPE, et je pense qu'ils vont continuer. j'espère que nos politiques seront à la hauteur de leurs responsabilités, et çà, c'est moins sûr.....
De toute façon si les dirigeants Européens n"écoutent pas les peuples, d'autres états prendront la même décision.Agir sur la peur pour inciter le peuple à rester dans l'UE c'est vraiment nous prendre pour des cons!!!

JCF 25/06/2016 10:44

Que l'on soit POUR ou CONTRE, les impacts ne seront visibles que dans quelques temps, et encore les "politiques" vont se charger de trouver des avantages quel que soit leur camp...
« Rien n’est tout noir ou tout blanc », « il y a du bon et du mauvais partout » ! Si ces expressions et modes de pensée revêtent une certaine pertinence, elles sont utilisées aujourd’hui à toutes les convenances. Ces phrases passe-partout sont pratiques pour calmer le jeu lors d’une discussion enflammée afin de finir sur un consensus plat mais indispensable pour garder ses amis. Mis à part ce cas de figure, ces cheminements de pensée trahissent soit un outil rhétorique puissant pour justifier un point de vue douteux, soit une fausse sagesse.

Manou 24/06/2016 10:20

Peux t'on savoir quelle sont les conséquences sur l'avenir avec ce vote des Anglais? Allons avoir des modification sur votre vie ici en France pour les Français et aussi pour les Anglais installés chez nous,
Je ne connais rien de rien a tout ce "truc" politique, mais je voudrais quand même le savoir, un peu par curiosité. Merci, d'avance pour la réponse que j'espère pouvoir comprendre. Manou

Olivier Châtelain 25/06/2016 18:58

Oui manou il ya déjà des conséquences. Là maintenant( Bourse , euro livre à la baisse démission à la chaine etc...)

Il y en aura à court terme, à moyen et long terme.



Le royaume uni ne faisait pas partie de la zone euro ou de l' espace Scchengen , le royaume est dés ce jour désuni quid de L' Ecosse qui a voté contre le Brexit et demande à sortir du royaume uni et de l' Irlande du nord en espérant que la paix entre Belfast et Dublin demeure car cette paix religieuse tient sur un fil.



Il y a une fracture territoriale entre les villes et le rural .



Il y a une fracture entre le vote des anciens et des jeunes



Il y a une fracture sociologique



Bref je suis très inquiet pour la grande Bretagne mais il ne faut pas trouver une solution un pied dehors un pied dedans , ils ont choisi même si ce référendum n' pas de valeur juridique ( il faut activer par le 1 er ministre l' article 50) alors ils sont dehors de l' UE complètement il ne faut transiger là dessus .



Moralité un référendum pour convenance personnelle se retourne toujours contre l’auteur ça me fait penser à la dissolution ratée de Chirac de villepin Jupppé .



Et celle et ceux qui demandent ce même référendum en France oublient que la constitution ne le permet pas en ces termes à méditer.........



J' y reviendrai dans les prochains jours ce sujet me passionne et je ne suis ni Europhile ni europhobe ce qui me donne une certaine liberté........

Olivier Châtelain 24/06/2016 14:02

J' y reviendrai plus tard car je n' ai pas trop le temps , mais une chose qu' il faut corriger de suite ce ne sont pas les anglais mais les britanniques et cette différence est importante .