CONTRATS D'ASSURANCE DEPENDANCE

Publié le par L' équipe du blog.

Contrats d'assurance dépendance: avantages et inconvénients

Par Anne Bance le 11 avril 2014

Avant de se décider, étudier les avantages et inconvénients d'une assurance individuelle est indispensable. Le point sur la question.

• Quelles sont les raisons de s’assurer?

- Votre retraite est modeste et vous ne disposez pas d’une épargne confortable où puiser si nécessaire: Dans ce cas, assumer les frais supplémentaires entraînés par la dépendance peut se révéler difficile. "Que l’on s’organise pour rester chez soi ou que l’on soit accueilli dans un établissement spécialisé, le coût de la dépense est en moyenne de 2000 à 2 200€ par mois en cas de dépendance totale, et même davantage à Paris", souligne Jean-François Ropelewski, directeur marketing chez AG2R La Mondiale. "Selon nos statistiques, la dépendance dure en moyenne 4 ans et 7 mois", ajoute-t-il.

- Dans certains cas, l’Apa n’est pas suffisante: L’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) varie selon les revenus et le degré de dépendance. Elle est en moyenne d’environ 550€ mensuels et ne dépasse généralement pas 1 305€ par mois. En outre, comme cette allocation représente un poids de plus en plus important pour les finances publiques, le risque existe de voir ses conditions d’attribution recentrées sur les retraités les plus dépendants et les plus modestes. Si cela se produisait, les seniors qui, sans être très aisés, ne comptent pas parmi les moins bien lotis seraient sans doute moins bien protégés qu’ils ne le sont actuellement.

- Une assurance individuelle fournit un complément de ressources en cas de besoin: Les assurances dépendance prévoient de verser une rente mensuelle si vous devenez dépendant, quelles que soient les aides que vous recevez par ailleurs. À la souscription, vous définissez vous même le montant de cette rente en fonction de vos besoins et de vos moyens (plus la rente est élevée, plus la prime d’assurance est chère). Ce revenu mensuel sera revalorisé au fil du temps par l’assureur (tout comme les cotisations), pour suivre l’évolution du coût de la dépendance (personnel à domicile, établissements spécialisés…). Ainsi, son pouvoir d’achat sera préservé.

• Quels inconvénients présentent ces contrats?

- Vous cotisez à fonds perdus: Si vous ne devenez jamais dépendant, l’assurance dépendance ne jouera pas, mais vos cotisations ne vous seront pas remboursées pour autant. Ni à vous ni à vos héritiers. C’est le même principe que pour une assurance auto ou habitation, que vous réglez chaque année mais qui ne jouent qu’en cas de sinistre. Certains contrats font exception: ils font appel à votre épargne pour remettre un capital à vos proches si vous ne devenez jamais dépendant. Mais ils sont rares.

- Leur prix est assez élevé: Chaque assureur est libre de ses tarifs. Ces derniers varient selon les garanties proposées (notamment selon que l’assurance couvre seulement la dépendance totale ou aussi la dépendance partielle), le niveau de la rente, les services annexes… vComptez de 25 à 40€ par mois (300 à 480€ par an) pour une rente mensuelle de 500€ environ si vous souscrivez autour de 60 ans; de 30 à 50€ si vous avez plus de 65 ans.

- Ces cotisations augmenteront régulièrement: les assureurs révisent leurs tarifs presque chaque année. En général, la hausse de la prime va de pair avec la revalorisation de la rente. Mais rien n’interdit à un assureur d’augmenter les premières plus vite qu’il ne majore les secondes si l’équilibre de ses finances l’exige (notamment si les assurés devenus dépendants sont plus nombreux que prévu). Les contrats ne fixent d’ailleurs aucune limite à la hausse des cotisations.

- Vous vous engagez au long cours: Vous devrez, en principe, payer la prime de ces assurances votre vie durant, du moins jusqu’à ce que survienne éventuellement la dépendance.Si vous cessez de le faire, certains contrats suppriment toutes les garanties: vous n’aurez plus droit à rien si vous devenez dépendant et cela même si vous avez déjà réglé des cotisations pendant de nombreuses années.
D’autres sont un peu moins sévères: si vous avez déjà cotisé 10 ans ou 15 ans, ils vous versent malgré tout une partie de la rente que vous aviez initialement prévue (par exemple la moitié). Des délais sont à prévoir.

-Des délais sont à prévoir: Vous êtes en général immédiatement couvert si vous entrez en dépendance à cause d’un accident, une chute par exemple. Mais si la dépendance est la conséquence d’une maladie, l’assurance ne la prendra en charge que si un certain délai (en général un an) s’est écoulé depuis la souscription du contrat (si l’assurance ne joue pas, les cotisations sont remboursées). Les assureurs cherchent ainsi à se protéger des clients qui se décideraient à s’assurer au dernier moment, quand ils se savent menacés.
Pour les maladies neuro-dégénératives ou psychiatriques, comme la maladie d’Alzheimer, le délai prévu dans presque tous les contrats est de trois ans. Enfin, même si le contrat prend la dépendance en charge, le plus souvent, il n’indemnise pas les trois premiers mois.

• Assurance dépendance: décidez-vous tôt!

Se décider autour de 60 ans a plusieurs avantages:
- Plus vous êtes jeune, plus la prime mensuelle est raisonnable, puisque l’assureur tient compte du fait que vous allez la payer plus longtemps. Elle pèsera ainsi moins lourd dans votre budget mensuel.

- Plus vous souscrivez un contrat tôt, plus votre état de santé est en général satisfaisant, ce qui vous évite une surprime ou un refus d’assurance pour raison médicale. En effet, avant d’accepter un nouveau client, les assureurs vous interrogent sur ce sujet. Les moins inquisiteurs demandent seulement si vous êtes pris en charge par l’Assurance maladie pour une affection de longue durée (ALD). Certains se contentent de quelques questions: à la Macif, par exemple, quatre questions seulement sont posées avant 60 ans pour une rente de moins de 750€. D’autres vous soumettent à un vrai questionnaire médical. Dans tous les cas, si vos réponses ne témoignent pas d’un bon état de santé, les assureurs poussent l’enquête plus loin.

- Enfin, même si vous avez une santé de fer, les contrats fixent un âge limite de souscription (70 ans pour les plus restrictifs, 75 ans pour les autres).

CONTRATS D'ASSURANCE DEPENDANCE

Publié dans Notre Temps

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article