CONSTATS au 14 JUILLET 2014...

Publié le par L' équipe du blog.

14 JUILLET 2013-14 JUILLET 2014

MÊMES ERREURS,

MÊMES ERRANCES

 Depuis juillet 2013, la croissance du PIB oscille entre -0,1 % et 0,4 % selon l’Insee, preuve que la France échappe à la reprise économique mondiale. Mais le discours du président de la République sur le sujet ne change pas. Le 14 juillet 2013, il annonçait lors de son intervention télévisée : « La reprise, elle est là ». Le 14 juillet 2014, à la même place, il réitère : « La reprise est là ».

 À cette cécité sur la réalité économique s’ajoute un problème de tempo.

François Hollande affirme qu’il faut « aller vite » mais qu’il faut « prendre son temps », qu’il faut « accélérer » mais « ne pas se précipiter ». Comment mener à bien des réformes en faisant preuve d’une telle incohérence programmatique ?

 Il faut relever la France, lui redonner toute sa puissance économique, diplomatique et culturelle. Nous ne voulons pas d’engagements non tenus. Nous voulons des décisions efficaces.

CHIFFRE CLÉ

956,7

C’est le nombre de demandeurs d’emploi supplémentaires, par jour, depuis l’élection de François Hollande.

Un président de la République déconnecté de la réalité :

 « La reprise est là », affirme François Hollande, le 14 juillet 2014, lors de son intervention télévisée. Rien que des mots, toujours des mots, les mêmes mots que le 14 juillet 2013, mais aucun acte.

* La croissance est extrêmement faible. Selon l’Insee, elle ne devrait pas dépasser les 0,7 %, en 2014.

* Le chômage a atteint un record : il a dépassé la barre des 5 millions de demandeurs d’emploi, et son taux devrait atteindre les 10,4 % de la population active, en 2014. Le Président avance, comme mesure pour relancer l’emploi, l’objectif de 500 000 jeunes en apprentissage, en 2017, avec 200 millions d’euros d’aides. Mais la gauche oublie de dire que depuis 2012, elle a réduit les aides à l’apprentissage de plus de 500 millions d’euros entraînant son effondrement.

* La dette explose et devrait représenter 100 % du PIB, en 2015, quand le déficit budgétaire doit frôler les 4 %, en 2014.

* Près de 50 milliards d’euros d’impôts supplémentaires depuis son arrivée à la présidence de la République. Pour se sortir de l’impasse, François Hollande prend le rôle de commentateur de ses propres échecs : « Les Français en ont payé beaucoup. […] Les taux de prélèvements, ce sont 45 % de la richesse nationale ».

 Certains défenseurs de la politique de François Hollande diront : « Oui mais c’est la crise ». Ouvrons les yeux et regardons seulement nos plus proches voisins européens : la reprise est là, partout sauf en France. Au Royaume-Uni : 2,7 % de croissance pour 2014. En Allemagne : 5,1 % de chômage pour 2014. En Italie : 3 % de déficit budgétaire pour 2013.

Les problèmes de méthode du président de la République

 « Aller vite » et « prendre son temps », « accélérer » et « ne pas se précipiter », telles sont les consignes de François Hollande pour mener à bien les réformes. Le président ne sait quel tempo utiliser. On comprend mieux la cacophonie gouvernementale et les problèmes de calendrier.

* Il y a six mois François Hollande annonçait le « Pacte de responsabilité » pour lequel il fallait aller vite. Six mois plus tard, les collectifs budgétaires sont fortement mis en cause et la conférence sociale est un échec sans précédent. De nouvelles discussions sont annoncées mais aucun acte pour mettre en œuvre le pacte !

 Son problème de tempo découle d’un problème de fond : François Hollande remet toujours au lendemain ses prises de décision. Il est incapable de passer des paroles aux actes. Cela fait deux ans qu’il discute…

 C’est ainsi que l’ on en arrive à des absurdités. Le 14 juillet 2013, le président affirmait que l’inversion de la courbe du chômage n’était pas un objectif mais un véritable engagement. Le 14 juillet 2014, il soutient que " c’était un objectif qui avait permis de mobiliser tous les acteurs »…

Un président qui bouleverse les fondamentaux de la République

 François Hollande a sacrifié la Défense en coupant de façon draconienne son budget –

7 500 postes de moins rien que pour l’année 2015, 643 millions d’euros de crédits en moins, alors qu’en parallèle, il assure, le 14 juillet dernier, qu’« un pays est fort quand il a la capacité de se défendre ».

* Durant son intervention, il passe sous silence des réformes majeures qui renversent les fondamentaux républicains.

* La réforme pénale envoie des signaux d’impunité à ceux qui transgressent les lois de la République avec, notamment, la suppression des peines planchers et la systématisation des aménagements de peine.

* La réforme territoriale risque d’aboutir à la création de grandes régions qui seront autant de contre-pouvoirs à l’État central, en contradiction avec notre tradition républicaine.

 Enfin, le Président termine son intervention en annonçant la réforme prochaine du droit de vote des étrangers.

* C’est une manœuvre politicienne grossière car François Hollande sait qu’il n’a pas de majorité pour faire voter le texte.

* Le droit de vote des étrangers n’est pas dans notre tradition républicaine. En France la souveraineté populaire est fondée sur le lien entre la citoyenneté et le droit de vote. On vote parce que l’on est Français non parce que l’on paye des impôts.

* Le débat sur la réforme sera source de division dans une société française que François

Hollande a déjà contribué à fracturer.

CONSTATS au 14 JUILLET 2014...

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article