APPRENTISSAGE: PRIME ELARGIE

Publié le par L' équipe du blog.

Apprentissage: la nouvelle prime élargie

Par L'Entreprise avec AFP, publié le 19/09/2014

C'est la principale annonce de François Hollande à l'issue des Assises de l'apprentissage: la prime de 1000 euros sera élargie aux entreprises de moins de 250 salariés et pour tout apprenti supplémentaire. Elle atteindra 2000 euros pour les TPE.

François Hollande a fait savoir que la prime de 1000 euros (précédemment dédiée aux entreprises de moins de 50 salariés) est étendue aux PME de moins de 250 salariés (au 1er septembre 2014) et s'appliquera à tout apprenti supplémentaire. Elle sera de 2000 euros pour les TPE.

Au placard, l'objectif de 500 000 apprentis d'ici à 2017? C'est bien ce que laissent penser les propos tenus par François Hollande en conclusion des Assises de l'apprentissage. Le président de la République estime en effet désormais que "ce qui compte c'est moins le chiffre lui-même que la qualité de la formation, de l'accompagnement permettant d'accéder à un emploi et à un véritable métier".

C'était prévu, François Hollande a annoncé une extension de la prime de 1 000 euros. Celle-ci, destinée initialement aux entreprises de moins de 50 salariés qui embauchent un premier apprenti et votée en juillet par le Parlement, s'appliquera finalement "à tout apprenti supplémentaire", dans toutes les entreprises de moins de 250 salariés et versée également à des entreprises comprenant déjà des apprentis.

Elle sera portée à 2.000 euros pour les TPE, a annoncé François Hollande vendredi. Elle est en effet cumulative avec la prime de 1000 euros versée par les régions aux entreprises de moins de 11 salariés.

La prime sera accordée "sans condition pour cette rentrée" et entre en vigueur (rétroactivement) "dès le 1er septembre", mais elle ne sera prolongée la rentrée prochaine que pour les entreprises des secteurs "ayant signé un accord de branche".

François Hollande a également estimé que "la commande publique devrait tenir compte de l'effort de formation des jeunes que proposent les entreprises". "Ce sera donc désormais une clause qui figurera dans les marchés publics", a-t-il annoncé. Il a relevé "la tendance à la baisse" des entrées en apprentissage et appelé à "la mobilisation de tous les acteurs". Selon le ministère du Travail, en 2013, la métropole comptait 415.000 apprentis.

Au placard, l'objectif de 500 000 apprentis d'ici à 2017? C'est bien ce que laissent penser les propos tenus du chef de l'Etat. Il estime en effet désormais que "ce qui compte c'est moins le chiffre lui-même que la qualité de la formation, de l'accompagnement permettant d'accéder à un emploi et à un véritable métier".

Son intervention clôturait une journée de travaux réunissant quatre ministres, François Rebsamen (Travail), Najat Vallaud-Belkacem (Education), Marylise Lebranchu (Fonction publique) et Carole Delga (Commerce et Artisanat) et une cinquantaine de représentants syndicaux, patronaux, des Régions et des chambres consulaires (commerce et industrie, artisanat, agriculture).

L' équipe du blog

Publié dans Economie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article